Langues régionales.org

Qui a dit : Une loi sur la sécurisation des langues régionales sera votée dès qu’une majorité de gauche entrera au Parlement. " ?

Accueil > La langue occitane > Actualités > Politique linguistique > Une "académie" occitane pour réguler l’usage de la langue

http://www.aqui.fr/  24/08/2011

Une "académie" occitane pour réguler l’usage de la langue

jeudi 25 août 2011

En France, académie rime avec Paris. Hors de l’institut de France point de salut pour les langues françaises. La langue occitane, estampillée « Patrimoine de la France », n’a aucun droit. Maltraitée et humiliée par la République, elle cherche aujourd’hui à recoller les morceaux éparpillées sur sa terre d’attache. L’APORLOC, constitué des fédérations historiques et des institutions occitanes, des trois pays où se parle la langue, ont chargé Benoît Dazéas, d’une mission essentielle : tracer les grandes lignes d’une « académie » qui stabiliserait et accompagnerait l’usage de la langue occitane. Celui-ci vient de rendre un rapport qui constate le retard pris par la langue occitane. Il conclut sur l’urgence de créer "un organisme de régulation linguistique".

JPEGNos grand-parents parlaient la langue du diable. L’occitan était circonscrit aux quatre murs de la maison. « Les langues dites « minoritaires » ne sont, d’abord et surtout que des langues minorées », écrit Philippe-Jean Catinchi, parrain des rencontres littéraires paloises. Pierre Bourdieu explique dans le « Bal des célibataires » comment les paysans béarnais ont vécu l’humiliation d’être Gascon, démodé et exclu. Les « primolocuteurs » ont rarement transmis l’occitan aux nouvelles générations qui l’apprennent aujourd’hui par l’écrit. « Il y a une forte demande d’outils pédagogiques, mais il n’y a pas un dictionnaire d’occitan correct. » Benoît Dazéas poursuit, conscient de la révolution numérique qui transforme la société : « le dictionnaire papier c’est fini, les enfants ont accès à tout sur leur smart phone. On va produire des outils accessibles sur internet. »

Une étude de faisabilité

De Bordeaux à Nice, en passant par Limoges, deux millions de personnes parlent l’occitan quotidiennement. Si un Gascon de Pau parle la même langue qu’un Provençal de Marseille, leur dialecte diffère quelque peu. Cet éparpillement cause des problèmes de cohérence. Face à la demande constante des enseignants de disposer de « canons » et la nécessité scientifique de stabiliser l’usage de la langue, l’APORLOC (Association de Préfiguration de l’Organisme de Régulation de la Langue d’Oc) a lancé une étude sur la faisabilité d’un organisme, type « académie occitane », pour réguler la langue. Benoît Dazéas, chargé de mission, a visité trois académies, basque, catalane et frissonne - au nord des Pays-bas - pour comprendre leur fonctionnement. Son constat est clair : « à la fois la langue occitane a pris un retard important et il y a urgence à créer une institution qui lui soit propre. »

travailler dans la collégialité de toutes les sensibilités

L’académie royale de la langue basque a une autorité, décrétée par le roi et reconnue en 1995 par la France, ( à l’époque François Bayrou était ministre de l’éducation nationale ), pour imposer les normes linguistiques aux écoles basques d’Espagne et de France. « L’académie occitane » n’a pas la bénédiction de l’Institut de France. Le contraire aurait-été étonnant ! Sans le soutien de la loi, l’APORLOC doit composer un montage de gouvernance. « Nous sommes soutenus par les collectivités locales. Ce sont elles qui donnent à "l’organisme de régulation" une légitimité pour donner des orientations linguistiques » , explique Benoît Dazéas. On pourrait imaginer l’académie du Val d’Aran comme un Olympe linguistique, mais pas question d’imposer un occitan languedocien standard à tout le monde. « L’objectif est qu’un enfant puisse discuter avec son papi dans son parler local », rassure Benoit Dazéas. Comment affirmer l’unité profonde de la langue occitane en respectant les sensibilités locales ? Tel est le casse-tête, entre le passé et le futur, que l’organisme de régulation aura à résoudre, dans le calme et la concertation.

Olivier Darrioumerle

http://www.aqui.fr/cultures/une-academie-occitane-pour-reguler-l-usage-de-la-langue,5287.html

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.